Mobile

Des smartphones suspendus aux arbres près des entrepôts d’Amazon aux Etats Unis

Dans les alentours de Chicago, aux Etats-Unis, un phénomène étrange a été observé près des entrepôts de livraison d’Amazon et des magasins Whole Foods. Dans ces secteurs, plusieurs smartphones ont été suspendus à des arbres. Cette pratique est, d’ailleurs, de plus en plus fréquente, les chauffeurs-livreurs espèrent ainsi décrocher des courses avant leurs concurrents. Du coup, le géant du e-commerce ayant vent de ces pratiques, a déclaré ouvrir une enquête sur la question, mais ne serait pas en mesure de divulguer le résultat de son enquête aux chauffeurs-livreurs.

Les arbres aux smartphones

Dans la région de Chicago, les chauffeurs reçoivent des offres instantanées à livraison rapide (entre 15 et 45 minutes) sur l’application Amazon Flex. Les offres instantanées sont envoyées par un système automatisé qui détecte les conducteurs à proximité via leurs smartphones.

L’application Amazon Flex est un outil permettant aux chauffeurs-livreurs de recevoir des demandes de livraisons qui nécessitent une réponse immédiate. De plus, cette application leur permet d’effectuer des livraisons dans leur propre véhicule. Pour beaucoup, c’est un moyen de gagner de l’argent supplémentaire pendant leur temps libre. Cependant, suite à l’augmentation du chômage et la diminution des indemnités chômage, la concurrence est devenue rude pour ce type de travail. Face à une concurrence féroce dans une économie américaine dévastée par la pandémie de Covid-19, les chauffeurs-livreurs pratiquent une méthode peu orthodoxe pour devancer leurs concurrents. Le concept est bien rodé : quelqu’un place plusieurs appareils dans un arbre situé à proximité de l’entrepôt d’où sortent les livraisons. Puis, les conducteurs à proximité synchronisent leurs propres téléphones avec ceux présents dans l’arbre et attendent pour récupérer une commande, qui leur sera alors rémunérée 15 dollars.

Amazon Flex

 Le service d’Amazon baptisé Flex, lancé en 2015, consiste à proposer de devenir livreur sur des créneaux de deux, quatre ou huit heures, quitte à reprendre ses activités traditionnelles entre-temps. Les conditions sont assez limitées : il faut avoir au moins 21 ans (âge de la majorité légale aux Etats-Unis), être détenteur d’un permis de conduire, disposer d’un véhicule et d’un smartphone équipé du système d’exploitation Android. Cependant, l’employeur ne vous assure aucune couverture chômage ou maladie, tandis que l’assurance du véhicule et les frais de carburant restent à votre charge. Tout comme la société Uber, le géant américain de la vente en ligne propose un statut de travailleur indépendant. Ce système permet de limiter les couts et un développement rapide sur de nouveaux marchés. Flex est donc destiné à optimiser les modes de livraison d’Amazon. Ainsi, l’employé intermittent a la possibilité de récupérer les colis à proximité de son domicile dans des mini-entrepôts et de les livrer dans un périmètre relativement limité, ce qui lui permet de travailler sur une courte période. Si vous voulez voir plus d’actualité, visiter le site comment-contacter.info qui est également un service de renseignement téléphonique.

Le système de cette application peut détecter l’emplacement d’un smartphone à environ six mètres. Donc, en installant un téléphone dans un arbre devant la porte de Whole Foods ou de l’entrepôt Amazon, les conducteurs à proximité bénéficieraient de la course avant même les chauffeurs qui se trouvent à deux pâtés de maisons.

Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez sans doute